Siam de la Roque, l’anglo caché !

Siam de la RoqueLe dimanche 26 décembre à Pau, un très bon sauteur d’origine anglo arabe, Siam de la Roque, a remporté par 8 longueurs le Prix de Fezensac, un steeple pour AQPS, tandis que l’AA Mahé a conclu 3e. Ce « Siam » est né en Normandie, et mérite un coup de projecteur sur son histoire.
Fils de Maille Pistol né et élevé dans le Calvados par Robert Mongin qui est toujours son propriétaire, Siam de la Roque a donc remporté le Prix de Fezensac. S’il porte le suffixe « AQ », il est issu d’une origine anglo-arabe. En effet, sa grand-mère est la très bonne jument Cortalhie,  à 25% de sang arabe, par Corthal et Fanfette (Dionysos). Corthalie appartenait à la  famille Adam de Raquine (l’homme de Libourne en Gironde chez qui Alain Chopard a commencé à travailler dans les chevaux avant de monter de toutes pièces le Haras des Faunes) a et a produit de très bons chevaux de courses, notamment Alwin (1e d’un steeple AQPS à Auteuil), Pamino (gagnant de plusieurs steeples à Pau). ces 2 chevaux étaient des fils de l’étalon Ramouncho, entrainés par Philippe Boisgontier. Leur soeur, Corthaline, la mère de Siam de la Roque par Saint Preuil, a elle-même montré une importante qualité en course, s’imposant notamment sur le steeple-chase d’Enghien.
Robert Mongin est également éleveur cette année du très bon Quézac de la Roque, qui porte le même suffixe mais ne provient de la même famille. Ce pur-sang par Officiel qui défend la casaque de l’acteur Gérald Laroche et l’écurie de François-Marie Cottin a réalisé un grand automne avec une victoire à Auteuil, une 2e place dans une listed et enfin un succès dans le Grand Cross de Compiègne pour ses 1e pas dans la discipline. Entraîné en début de carrière par Julien Merienne, Siam de la Roque a gagné en débutant sur les haies de Loudéac en Bretagne le jour de Pâques 2010. Arrêté pendant 5 mois durant l’été, il est alors passé sous la responsabilité de Jérôme Follain, installé à Dragey dans la Manche. Pour la 2e victoire de sa carrière, à Pau, Siam de la Roque a donc devancé Senorita Collonges (Fragrant Mix) tandis que la bien connue Mahé (Goldneyev et Maelis par Albert du Berlais), une anglo à 12,5 %, élevée par Jean-Michel Reillier en Corrèze, s’est octroyée la 3e place.
( Source anglocourse.com )